L’âge d’or de la calligraphie

Publié le par Phoenix

La dynastie Tang (618-907) couvre l’un des chapitres les plus glorieux de l’histoire de la Chine. Prospère, stable, elle offre un terrain fertile au développement de la calligraphie. L’engouement de toute la société pour les arts et pour la littérature suscité une compétition féroce entre lettrés. L’élégance et la précision du kai shu les séduits.
Certains d’entre eux consigneront pour la postérité les instructions d’exécution de chaque trait. Il en reste d’ailleurs de nombreux vestiges, qui comptent aujourd’hui parmi les plus précieuses sources de documentation. Les graphies anciennes en kai shu sont ainsi devenues des guides de référence pour l’apprentissage de la calligraphie.

73.png
 A la fin de la dynastie Tang, les cinq grands styles de calligraphie sont pleinement développés. Le xing shu demeure le style populaire, mais les artistes et les lettrés continuent d’utiliser et d’exceller dans les autres styles en fonction de leurs goûts. Les empereurs des grandes dynasties suivantes : Song, Yuan, Ming et Quing : seront plus proches des lettrés que des guerriers, et sous leurs reigne, l’art de la calligraphie continuera à prospérer.


Commenter cet article

Calligraphie Chinoise 29/05/2012 12:01


La calligraphie XingShu est la plus simple et la plus belle (je pense)